Les sites du groupe Info6TM

Hackavet : d’une idée simple à un projet fou !

Crédit photo @ Hackavet
Au départ, l’idée est celle d’un concours à destination des étudiants vétérinaires qui leur permettrait de remporter un prix, rendu possible par la participation de partenaires financiers de l’écosystème véto. Mais Maxime et Louis ne se sont pas arrêtés en si bon chemin. De fil en aiguille, accompagnés d’une équipe de choc, ils ont mis sur pied le premier hackathon vétérinaire qui se tiendra le week-end du 10 au 12 mars prochain dans les locaux de l’Agora sur le site de l’EnvA, avec à la clé 3 prix à remporter de 5000 euros chacun.

Un hackathon ? Vous connaissez ? Personnellement, je n’avais jamais entendu parler de ce concept, peut-être trop « jeune » ou trop « Start-up » pour moi, jusqu’à ce que Maxime me présente son projet, des étoiles plein les yeux, sur notre stand, à l’AFVAC de Marseille en décembre dernier. Un hackathon : « c’est un évènement au cours duquel les participants travaillent à produire une solution innovante. Il s'agit d'un week-end où les participants vont " hacker " différents problèmes en équipe... Pour Hackavet, l'objectif sera de présenter une projet qui contribuera à améliorer l'exercice du métier de vétérinaire et d'ASV. » [1]

Maintenant que tout le monde voit de quoi il s’agit, revenons au commencement.

De la graine à la plantule...

Nous sommes en janvier 2022. Maxime est en voiture, il rentre chez lui pour la pause hivernale entre ses 2 semestres de A4. Les examens du premier semestre sont passées et les étudiants ont pu évaluer les enseignements reçus. Ces évaluations, anonymes, sont ensuite visibles de tous les élèves. Maxime, comme beaucoup d’autres, est frappé par le pessimisme ambiant. Les étudiants semblent stressés, inquiets de leur avenir professionnel, certains sont en situation de grande détresse. Les langues se délient notamment sur les réseaux sociaux. Et les articles qui fleurissent un peu partout sur l’envers du décor bien sombre de la profession vétérinaire ne sont pas là pour les rassurer. Mais Maxime veut y croire. Il sait que cette génération a de la ressource et qu’elle peut devenir actrice de son avenir. Ne pas subir, faire bouger les lignes, c’est le premier pilier des fondations d’Hackavet.

Le second constat, aussi simple que concret : les étudiants manquent de moyens. Et voilà, Maxime, toujours au volant de sa voiture, qui envisage alors un concours dont le gagnant remporterait un prix financier !

Ni une ni deux, il appelle Louis. Louis et Maxime sont deux très bons amis de promo et quand vous en voyez un, l’autre n’est généralement pas très loin. L’idée emballe Louis qui surenchérit. Lui a découvert quelques mois plutôt, au détour d’un congrès de la Confédération nationale des Junior-Entreprises, ce qu’était un hackathon. Et c’est une évidence, ce concours que Maxime imagine doit en prendre la forme ! Il doit s’agir d’un concours d’idées sur le thème de l’évolution du métier.

Dès février 2022, un premier power point de présentation est prêt et présenté à un potentiel partenaire. L’accueil est excellent !

Durant les semaines suivantes, Maxime et Louis réfléchissent et se chalengent mutuellement autour de leur idée de départ. Très vite, ils envisagent d’intégrer les étudiants ASV, ou les jeunes ASV en poste, à leur hacktahon. En effet, l’idée est de permettre à tous les acteurs de l’écosystème de prendre du temps pour réfléchir à des solutions afin d’améliorer leur avenir professionnel. Et la profession d’ASV, elle aussi, est en pleine remise en question. Quoi de plus logique alors que de faire réfléchir ensemble les vétérinaires et ASV de demain. Dans la même veine, ils prennent conscience de l’intérêt de faire participer à leur week-end des étudiants de différentes écoles, des 4 ENV mais pas uniquement, élargir les horizons au-delà des frontières…

De la plantule à la belle plante...

À ce stade, le chemin est encore long. Les bases sont posées, l’idée et les objectifs sont assez clairs mais ça ne suffit pas. Tout l’opérationnel reste à mettre en place. De plus, Maxime et Louis veulent qu’Hackavet reste indépendant mais il doit pour autant s’ancrer dans le monde vétérinaire. Il va falloir convaincre et obtenir la validation de l’Ordre, du SNVEL, de l’EnvA et des associations vétérinaires actives autour des 3 grands axes de réflexion choisis pour ce premier week-end que sont : la technologie, l’écologie et le relationnel !

Il parait de plus en plus évident, qu’ils ne pourront pas porter ce projet à deux. Ils recrutent alors une première personne pour les aider. C’est Marianne, une étudiante de leur promo qu’ils connaissent bien et qui partagent leur volonté de faire bouger les choses.

C’est donc à trois qu’ils vont s’enfermer pendant une semaine en juin dernier. Une semaine de brainstorming intense, autour d’un tableau blanc virtuel, pour affiner au maximum leur projet.

Cette semaine sera productive et avec le recul, ils estiment que tout ce qu’ils avaient envisagé à ce moment-là, s’est révélé exact dans les mois qui ont suivi.

Lors de leur départ en mobilité en juillet (en Thaïlande pour Maxime et Louis), tout est prêt. La date de ce premier Hackavet est fixée, ce sera du 10 au 12 mars 2023 ! L’équipe s’est agrandie. Ils sont maintenant 6 co-équipiers. En plus de Maxime, de Louis et de Marianne, on retrouve Pauline, Christèle et Jules. Chacun sait quel est son rôle, choisi en fonction de son expérience et de ses compétences.


Crédit photo : @ Hackavet

Depuis la Thaïlande, ils vont même pouvoir démarcher des partenaires malgré le décalage horaire. Le projet plait. Il est novateur et plein de promesses pour un écosystème en recherche d’optimisme et de solutions.

De retour de leur mobilité, il est temps de passer au concret. Créer l’association Hackavet (association loi 1901 à impact), trouver les partenaires, signer les contrats, faire valider le projet par les différentes organisations professionnelles, monter le site, le plan de comm’, le retroplanning de l’évènement, trouver le lieu… Ils commencent donc à parler de leur projet qui jusqu’alors était resté très confidentiel. Et là, ça coince un peu. Le projet emballe tout le monde mais de là à se mouiller… Chacun se renvoie la balle. « On vous suit si untel vous suit ! » Mais « untel » ne suivra que si… C’est un peu un serpent qui se mord la queue. Dans un écosystème finalement très conservateur, vouloir faire bouger les lignes séduit mais « franchir le pas » s’avère plus délicat qu’il n’y parait.

L'éclosion !

Finalement, les étoiles vont s’aligner. Et avec un peu de retard sur le planning prévu, le plan de comm’ sera lancé au moment de l’AFVAC. Le site est en ligne, les réseaux sociaux aussi. Tout se débloque avec les partenaires et les organisations professionnelles ! Hackavet aura lieu dans les conditions imaginées il y a plusieurs mois lors d’une semaine du mois de juin, enfermés à trois. Et depuis janvier, les choses se sont encore accélérées…

  • présentation des 3 axes de réflexion (écologie, technologie et relationnel) ;
  • recrutements des mentors (50 en tout dont 15 partenaires du week-end) dont le rôle sera d’accompagner les étudiants vétos et ASV dans leur réflexion et la construction du projet à présenter ;
  • recrutement des étudiants sur la base d’inscription spontanée puis d’une sélection sur leur motivation et leur implication ( ils seront une centaine très motivés, venant de 11 écoles vétérinaires différentes, de 2 universités, de 3 centres de formation ASV, de 3 nationalités différentes : bref, de la diversité !) ;
  • création des équipes que seront présentés le 10 mars en ouverture du week-end…

Après des mois de travail acharné, en parallèle de leurs études, Maxime et Louis ont réussi ! Environ 200 personnes se retrouveront du 10 au 12 mars prochain pour ce premier hackathon vétérinaire ! On découvrira alors le résultat de cette idée, née dans la tête d’un étudiant avide d’action, au détour d’une route, dans sa voiture ! Bravo à tous les 6 d’en être arrivés là. J’y serai et promis, je vous raconterai. Parce que voir naître de l’optimisme et cette rage de rendre à notre profession un avenir qui fait sourire les étudiants, on ne peut que leur souhaiter que ça marche !

 

Manuelle Hoornaert,
Vétérinaire & Rédactrice en chef

 

Cet article n'est pas sponsorisé par Hackavet.

Ressources documentaires et bibliographiques :

[1] Le guide d'Hackavet, [En ligne]. Disponible sur : https://www.hackavet.com/le-hackathon [Dernière consultation le : 27 février 2023] ;

[2] Le compte Instagram d'Hackavet, [En ligne]. Disponible sur https://www.instagram.com/hackavet/ [Dernière consultation le : 27 février 2023].

La newsletter qui décrypte le monde vétérinaire autrement

Pour les vétérinaires curieux qui n'ont pas le temps de l'être : tous les mois, des articles, des histoires, des jobs et des conseils qui donnent le sourire.

Avenir de la profession

Presse ASV

Presse vétérinaire

Étudiants

Étudiants ASV

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15